Que faire à Fez, au Maroc ?

Durant notre séjour à Fès, nous avons eu le plaisir de visiter différents lieux avec l’aide de l’un de mes vieux amis. Marocain et venu faire ses études en France, nous nous étions saoulé ensemble une année durant lorsque j’étais en BTS (on a tous été jeunes…). C’est la seconde fois qu’il me fait visiter son pays, en 2016 nous avions passé quelques jours à Marrakech et Essaouira. Aujourd’hui c’est à Fez, sa ville natale, qu’il nous a rejoint. Et c’est un plaisir car, en plus d’être bien accompagné, nous pouvons visiter de belles choses.

La station thermale Sidi Harazem

Proche de Fez, cette station thermale est connue pour ses eaux minérales. Réputées pour leurs bienfait pour le corps (reins, foies, …). De nombreuses personnes viennent boire l’eau directement ici, en priant Sidi Harazem (nous n’avions pas de petite monnaie mais il est aussi possible de la boire). Cette eau est potable et pure, c’est une eau plate bicarbonatée magnésienne et peu minéralisée. D’ailleurs, c’est cette eau que l’on trouve commercialisée dans les bouteilles ici.

La station thermale Sidi Harazem est dotée d’une source chaude magnésienne à 35°C, il paraît que c’est ultra agréable. Le centre est composé de plusieurs piscines, qui étaient vides lors de notre passage mais sont pleines plus tard dans l’année. Il est possible de s’y baigner, piscine couverte ou non, hommes, femmes, enfants. Il y en a pour tout le monde ! Et pour un prix très correct, quelques euros seulement (2 ou 3). Si vous y allez l’été, n’oubliez pas votre maillot de bain ! D’ailleurs, la maman de mon ami vous a invité à venir nous baigner avec elle mais nous partions ce jour-là pour Volubilis.

Visiter la vieille Médina de Fés

Avant de vous y aventurer, prenez un guide. La vieille médina est un vrai labyrinthe. Nous étions donc avec mon ami, notre guide personnel. Et heureusement ! Je ne sais pas comment il a fait pour ne pas se perdre, nous avons vadrouillé dans l’ensemble de la vieille ville, au milieu des petits commerces de bois, de vêtements, de cuirs, de céramiques, de cosmétiques, … Autant vous dire que j’aurais bien tout acheté !!

D’ailleurs nous avons craqué pour un petit flacon d’huile d’argan et vanille, un parfum naturel et sans alcool qui sent divinement bon. Chez Mlle Khawla, une auto-entrepreneuse bien sympa qui s’est fait une place dans ce monde d’hommes (très peu de femmes dans le souk).

Visiter les tanneries pour voir le travail du cuir

Attention : cette partie du post n’est pas vegan, on parle peau de bête et cuir.

C’est au cœur de cette médina que sont situés les tanneries, il est possible de monter sur certaines terrasses pour observer les travailleurs. Un boulot monstre et difficile. L’odeur des tanneries n’est pas présente lorsque vous vous baladerez dans la médina, en revanche dès que vous allez commencer à monter sur l’une des terrasses, vous allez vite sentir l’odeur de putréfaction. C’est assez ignoble. Je vous conseilles de prendre du baume du tigre à vous mettre sous les narines… Certains endroits proposent des feuilles de menthe, nous étions sur la terrasse d’un commerçant, pas du tout touristique et n’avons pas eu ce plaisir.

En revanche, le marchand nous a expliqué comment fonctionne l’ensemble. C’est en fait une association de tous les commerçants, une première équipe retire les poils des peaux de mouton (ici en tout cas), puis les peaux sont trempée pendant 24h dans des bacs d’ammoniac naturel, ensuite lavées (ou c’est après je ne sais plus) puis trempée dans des bacs de colorants naturels (marron = henné, vert = menthe, rose = coquelicot, …). Ensuite les peaux sont séchées puis sans doute utilisées pour fabriquer des choses.

Faire un road trip jusqu’à Volubilis

Le second jour de notre arrivé à Fés, mon ami est venu nous récupérer vers 10h au Riad (nous logions ici) et nous avons pris la route pour Volubilis. Mais pas sans escale ! Un trajet de 300 km pendant lequel nous nous sommes arrêté plusieurs fois. D’abord à Ifrane, une ville de la montagne où le climat est différent de Fés. Et l’architecture aussi. Là-bas, on se croirait en France. Ensuite nous avons continué notre route jusqu’à Azrou où nous avons été visiter l’atelier d’un commerçant, nous sommes repartie avec un beau tapis chacune. Puis vers 16h nous nous sommes arrêté à Bou Fekrane pour déjeuner dans un restaurant de grillades avant de continuer notre route vers Volubilis. Magnifique. Avant de rentrer à Fez, passage par Meknès pour faire un tour sur la place principale et acheter des épices.

Article complet à venir sur Azrou, Volubilis et Meknès.

Partir en expédition à Chefchaouen

Expédition, je ne sais pas si c’est le mot. Mais il est possible de réserver une journée à Chaouen depuis Fez, ou comme nous, de réserver le bus pour vous rendre seul à Chefchaouen. Il faudra compter 4h de route et 80 dirham pour l’aller (-15% si vous réservez l’aller / retour dès le départ). 1 journée sur place suffit pour visiter l’ancienne médina en long, large et travers, mais vous pouvez faire plus et opter pour un trip dans la montagne avec les cultivateurs de cannabis.

La ville est somptueuse, vous en avez sûrement déjà entendu parler. Une ville bleue, de la tête au pied. Et laissez-moi vous assurer que, si comme moi votre couleur préférée est le bleue, alors cette ville va vous plaire !

Article complet sur Chefchaouen.

Profiter d’un hammam traditionnel

Mon ami nous a conseillé de nous rendre au hamman Nausikaa afin de profiter d’un vrai hamman traditionnel. Nous ne connaissions pas du tout et je dois dire que c’était une chouette experience. Une fois passé au dessus du fait que nous nous retrouvons à une dizaines de femmes, seins à l’air. Mais là-bas, si les marocains sont très pudiques, ils sont en revanche très à l’aise avec leur corps. Et ils ont raison !

Nous avons alors commencé par un sauna dans lequel nous nous sommes savonnées avec un savon spécial qui nous a été donné. Nous avons laissé agir puis rincé. Ensuite nous sommes allée nous installer sur des tables en marbre sur lesquelles nous nous sommes fait frotter de partout avec un gant de gommage. C’était décapant ! Si vous le faites, vous serez surpris de voir toute la crasse que l’on a encore sur nous malgré les douches quotidiennes. Après ça, lavage du corps et des cheveux, toujours par la personne qui s’occupait de nous. Puis jacuzzi froid. Je n’était pas prête mais c’était essentiel pour resserrer les ports. Passage par la douche puis sale de repos avant de partir. Nous avons profité d’être chez Nausikaa pour faire un tour chez le coiffeur (coupe / brushing à 100 dirham). Ça aurait été bête de s’en passer.

Si vous êtes un homme, vous pouvez également vous y rendre, des hommes s’occuperont de vous. Je sais que dans la culture française ce n’est pas commun mais vous allez voir, c’est une super expérience.

Admirer la ville de nuit

Autant profiter de la ville de jour est incontournable, mais l’admirer de nuit, je crois que ça l’est aussi ! Mon ami nous a emmené dès le premier soir sur la terrasse de l’hôtel Les Merinides. C’est un très bel hôtel dans lequel il y a également un restaurant, bar et piscine dont n’importe qui peut venir profiter (bien sûr sous réserve de payer). Ce soir là nous avons simplement bu un verre sur la terrasse en admirant la vue. J’ai adoré entendre tous les imams de la ville « chanter » en canon lors de l’appel à la prière.

Article complet à venir sur les endroits où manger / trinquer à Fez.

Faire du henné

Mon amie voulait faire du henné, nous avions demandé au personnel de Riad Jamaï s’il pouvait faire venir quelqu’un. Mais finalement après notre expédition à Chefchaouen, nous n’avions plus trop d’argent et voulions garder la monnaie restante pour les taxi et repas. Du coup, nous avons annulé. Mais finalement, en déjeunant chez une amie marocaine et sa famille, elle nous a proposé de nous en faire (sa meilleure amie savait faire). Du coup nous en avons profité. Je n’ai malheureusement pas de photo pour vous…

Je n’ai pas de personne à vous recommander mais si je vous en parle c’est plutôt pour vous mettre en garde. Il faut savoir que nombreuses diluent leur henné avec de l’acétone (parole de marocains). Du coup, vous risquez les brûlures. C’est arrivée déjà, alors prenez garde. À l’odeur, l’acétone se sent, et en cas de doute, dites que vous êtes allergique, cela devrait les dissuader d’en utiliser. Le henné est sensé être naturel. Il est plutôt vert kaki, et non noir. S’il est noir, c’est qu’il n’est pas naturel (parole de marocains toujours).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *