Comment faire du fromage maison : choix du lait

Faire du fromage est l’un des défis que je me suis lancée durant mes fabuleux mois d’études à Mulhouse.

J’ai longtemps cherché des recettes sur Internet, à ma grande stupeur il n’y en a pas tant que ça et j’ai vite compris que je devrais tester plusieurs modes de fabrication avant d’être conquise : avec du citron, avec simplement des yaourts et pour terminer avec de la présure.

J’ai d’abord commencé par du fromage frais (type fromage à tartiner aux herbes) puis j’ai décidé de tester la fabrication de fromage affinés type crottins de chèvre ou fromage affiné au paprika.

Pour faire votre propre fromage, il faudra bien entendu respecter plusieurs étapes ainsi qu’utiliser des produits de qualité.

choix-du-lait

Bien choisir son lait

Dans un premier temps, vous allez devoir vous procurer du lait (comme si le fromage se faisait avec du lait) de vache, de chèvre ou de brebis. Je n’ai pour ma part pas pris le temps de chercher un producteur qui pourrait m’en vendre, du bon, du vrai, du frais. Mais si vous avez un producteur près de chez vous, je vous invite à lui rendre visite (en plus il sera super content de vous laisser fabriquer du fromage avec le lait de sa production).

L’utilisation de lait cru provenant du producteur est à favoriser dans la fabrication de votre fromage. Mais comme moi, vous pouvez aussi utiliser du lait entier pasteurisé (oui je sais, c’est le mal, il faut que je trouve le producteur de mes rêves).

Quelle différence entre le lait cru et le lait pasteurisé ?

La grande différence de vos fromages si vous utilisez du lait cru ou du lait pasteurisé sera le goût. Le lait cru favorisera la fabrication de goûts, d’odeurs et d’arômes dans les fromages qui sont plus subtils et élaborés. Quant au lait pasteurisé, cela donnera des goûts et des saveurs plus uniformes et moins atypiques à vos fromages.

Pour faire du fromage, il faut compter au minimum 2 litres de lait.

Et après ?

La semaine prochaine nous parlerons de l’ensemencement du lait, c’est-à-dire l’ajout de ferments lactiques.

0
Je n'ai pas aiméJ'ai moyennement aiméJ'ai aiméJ'ai beaucoup aiméJ'ai adoré (4 vote(s), moyenne : 4,25 sur 5)
Loading...

4 commentaires

  1. Bonjour,

    Merci de partager votre expérience, c’est très appréciable, car on ne trouve pas énormément d’infos sur cette pratique. Je vais bientôt me lancer dans l’aventure du « fromage maison » et donc en quête d’infos.
    (au passage, je pense qu’il y’ a une petite erreur dans le dernier paragraphe, ou vous répétez 2 fois lait cru…)
    Merci encore et bonne continuation 🙂

    1. Bonjour David,
      Merci pour votre message, ça me fait très plaisir ! Je suis une grande amatrice de fromage et de fromage maison, si vous avez des questions, une fois lancé, n’hésitez pas à m’écrire je serais ravie de vous aider :). C’est un pur bonheur de réaliser son fromage, il n’en est que meilleur :).
      Merci pour l’erreur, je corrige !
      A très vite, aux nouvelles et bonne continuation à vous également ! 🙂

      1. Alors le plaisir est partagé, tout est si bien expliqué, ajouté à cela une petite pointe d’humour, je me régale à vous lire, bon ceci dit, étant déjà très impatient de pouvoir faire mes propres fromages (mais ne brulons pas étapes, « le savoir avant la pratique »), de vous lire n’arrange rien :p .
        Je ne manquerai pas de faire appel à vous si besoin. Encore merci et bonne soirée. 🙂

        1. Voilà de quoi bien terminer le week-end ! Merci, c’est très agréable de savoir que le travail fourni, et ma passion, sont partagés et surtout appréciés :).
          Je vous conseils d’abord de commencer avec des fromages frais, à tartiner, avant les fromages affinés.
          Bonne soirée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *